The BROKEN team is happy to announce the following upcoming events: February, First academic course integrating BROKEN at the Graduate Institute of International Relations; Screening at the UN’s Human Rights Council in Geneva in March; EU Parliament screening with debate late March in Brussels; ICRC internal viewing with debate in early April at Headquarters in Geneva.

Si le droit international était aussi solide que le mur, il n’y en aurait pas de mur!

Déclaration du producteur

« […] a first-rate documentary that sheds a great deal of light on the intersection between law and politics in one of the world’s most persistent trouble spots. »

Avi Shlaim

Emeritus Professor of International Relations, University of Oxford

« Jamais je n’ai entendu les juges parler si ouvertement du droit international; ce film va déclencher un vaste débat! C’est un must pour toute bibliothèque de droit. « 

Professeur Jean Ziegler

OHCHR

La naissance de BROKEN

Stefan Ziegler

Producteur et initiateur du projet BROKEN

L’histoire du mur d’Israël en Palestine ainsi que son impact quotidien sur les vies palestiniennes a été exposé sous de nombreux angles.  L’autre récit, l’histoire du mur et les promesses rompues du droit international, n’a pas encore été racontée. « Broken » relate cette histoire. En 2004, la Cour internationale de Justice (CIJ) a déclaré le mur illégal et a sommé ses États membre à soutenir son avis consultatif. Bien que les représentants internationaux aient promis à l’Assemblée générale des Nations Unies l’appui de leur gouvernement, aucun résultat tangible n’est à ce jour constaté, au contraire, le mur est quasiment achevé.  

En tant que délégué du Comité international de la Croix-Rouge, et plus tard en tant que responsable de « Barrier Monitoring Unit » de l’ONU et maintenant en tant que producteur de films, j’ai travaillé sur des rapports documentant l’impact du mur depuis 2005. J’ai dédié mon temps et ma vie à une mission qui ne pouvait être fait que par un outsider. Lorsque mon unité a été dissoute en mai 2013 en raison du manque de fonds et d’un manque de volonté, mon travail a soudainement pris fin. Je me suis alors demandé, pourraisje sans remords quitter mon travail là-bas et continuer ma carrière ailleurs. Pourrais-je vivre moralement avec moi-même si j’abandonnais aussi aisément mon travail et que je me dédiais à un autre emploi? Pourraisje ignorer un sujet que je connaissais plus profondément que beaucoup? Pourrais-je abandonner ces innombrables individus, et toutes les communautés directement touchées par le mur, sans regret?

Lire l'intégralité de la déclaration du producteur
Et bien, je ne pouvais pas! En raison de mon engagement personnel et en toute conscience, je ne pouvais simplement pas laisser le mur entacher ainsi l’Histoire. J’ai donc décidé de mettre toute mon énergie dans la réalisation d’un long métrage documentaire, capturant les questions que j’avais déjà posées aux diplomates, aux ministres des affaires étrangères, aux officiers de l’armée et aux journalistes, sans relâche, recherchant la portée de l’applicabilité du droit international.
Le mur a contribué à aggraver le conflit israélo-palestinien. Mais le mur représente aussi une opportunité. La Palestine semble être un problème irrésoluble, probablement le plus complexe au monde, avec tant de cultures et de religions qui entrent en collision dans un petit tronçon de terre. Comment se résout-il? Le mur met en lumière les problèmes de l’occupation dans une nouvelle clarté. Si la communauté internationale a la réelle volonté de donner suite à ses propres promesses, la résolution des conflits, fondée sur les normes du droit international, pourrait être beaucoup plus simple que l’on pourrait s’y attendre. C’est ici que le mur et ce précédent que représente l’opinion de la CIJ peuvent servir de mécanisme de changement. Il pourrait marquer le début d’un processus, en appliquant le droit international de manière universelle, en rapprochant enfin deux peuples sinon en harmonie au moins dans la tolérance. Plus généralement cependant, le mur et l’avis de la CIJ soulèvent également des questions vitales, non seulement sur le droit international dans le monde actuel, sur l’universalité du droit international, sa cohérence, les promesses qu’elle fait et ses limitations mais aussi sur les questions concernant le phénomène de l’augmentation de barrières, murs et autres limitation de territoires partout dans le monde. Ce film aidera à mieux faire connaître le potentiel du droit international à résoudre ce conflit et d’autres conflits internationaux. J’ai mis en place AdvocacyProductions – Oser envisager – pour produire des films documentaires aspirant à des normes éthiques élevées et à une valeur éducative inhérente. Stefan Ziegler

Synopsis 

Nous vivons dans un monde où des frontières internationales renforcées sont construites plus rapidement et en plus grand nombre que jamais dans l’histoire, près de 70 depuis la chute du mur de Berlin. La grande muraille de Chine était devenue obsolète au moment où elle était achevée. Les murs de Paix de l’Irlande du Nord sont tout sauf cela. Un président américain a l’intention de construire un mur payé par ceux qui sont exclus.
Le gouvernement israélien, en 2002, a entrepris la construction d’un mur de 700 km de long en Cisjordanie, du côté palestinien de la « ligne verte». Deux ans plus tard, dans son avis consultatif de 2004, la Cour internationale de Justice (CIJ) située à la Haye a déclaré illégale la construction d’un mur sur le territoire palestinien occupé. Les Palestiniens et beaucoup d’individus issus de la communauté internationale ont vu l’opinion de la Cour comme un tournant dans ce conflit prolongé. Aujourd’hui, plus de 14 ans plus tard, le résultat peu réjouissant laisse à réfléchir : Israël n’a ni renoncé au mur, qui est deux fois plus haut et quatre fois plus long que le mur de Berlin, ni entrepris de réparations. Au contraire, le mur est quasiment achevé et la majorité des États ont fait peu d’efforts pour la mise en application du droit, bien que ceci relève de leurs obligations.
BROKEN, Un voyage palestinien à travers le droit international est un documentaire captivant sur le droit international, ses promesses brisées, la CIJ, le mur d’Israël en Palestine ainsi que les devoirs et les déficiences de la communauté internationale; une toile enchevêtrée de droit, de politique et de pouvoir, et comment l’histoire a refusé de tourner la page. Des scènes poignantes dépeignent les conséquences du mur sur les personnes dont la vie
quotidienne est affectée. Le film fournit des témoignages sincères d’experts en droit de renommée internationale, de juges de la CIJ,
de diplomates chevronnés et de l’officier militaire israélien en charge de la construction du mur. Saisissez ce moment significatif où le cinéaste
voyage à travers trois continents pour rejoindre ces individus dont les délibérations sont celles qui façonnent l’avenir du droit international,
des droits de l’homme et, en fin de compte de la paix.
Le film a été inspiré et produit par un ancien expert des Nations Unies qui a observé les impacts humanitaires du mur en Cisjordanie.

Le Réalisateur
Mohammed Alatar

Actuellement l’un des principaux réalisateur de documentaires de la cinématographie palestinienne, Mohammed Alatar a été formé en tant que cinéaste à la fin des années 90 aux Etats-Unis.

Ses expériences de travail antérieures comprennent des postes tels que Directeur de Future Stories pour CBS News, conseiller aux médias du PNUD et conseiller au ministère des affaires de Jérusalem. En 2002, il fonde et dirige « Palestinian for Peace and Democracy».

Avec un profond attachement aux droits de l’homme et à la lutte de son peuple, Mohammed se définit plus comme un militant des droits de l’homme que comme un cinéaste. Il utilise son travail pour promouvoir ses idées et ses convictions dans le monde entier, en donnant une portée aux causes et aux valeurs qu’il défend. Ses mentors sont Oliver Stone et le directeur égyptien Yousef Chahin, qui sont «des individus qui font des films ayant un message, pas seulement du divertissement».

En 2006, Mohammed a publié «The Iron Wall», un film sur l’établissement de colonies israéliennes en Cisjordanie, qui couvre également la construction controversée du mur israélien en Cisjordanie. Le film estime que les colonies sont l’aspect visible d’une stratégie d’occupation permanente du territoire. «Le mur de fer» suit la chronologie des colonies et examine leur répercussions sur le processus de paix.

A propos du mur et du film, l’ancien président américain Jimmy Carter a déclaré: « la meilleure description de la barrière ainsi que son tracé et son impact sont démontré dans le film The Iron Wall. »

En 2008, Mohammed Alatar a publié  » Jerusalem the East Side », l’un des documentaires politiques les plus consulté en Palestine. Il présente les conséquences et les injustices de l’occupation israélienne de Jérusalem-est, une occupation qui dure depuis 42 ans.

Son projet documentaire actuel, «Broken» tente d’exposer pourquoi rien n’a été fait pour empêcher Israël de continuer sa construction du mur, et pourquoi, après que la CIJ l’a déclaré illégale en 2004, il n’a pas été démantelé.

Déclaration du Réalisateur

De ma maison dans la ville palestinienne occupée de Ramallah, je peux voir le mur entourant la ville, bouchant notre horizon et s’imposant sur la façon dont nous vivons, bougeons et existons.

Mon premier film majeur, «  The Iron Wall« , était sur ce sujet même. Il a été publié quelques mois après l’avis consultatif de la Cour internationale de justice de 2004. Alors, j’avais espéré voir bientôt venir la fin de l’histoire du mur et de son démantèlement. Quelle naïveté; le mur est toujours là, titanique.

Alors, lorsque Stefan Ziegler, ancien responsable de l’unité de surveillance de la barrière de l’ONU, a suggéré de faire un documentaire sur l’avis de la CIJ, ma réponse immédiate était : «Oui». L’idée de « Broken » est née.

Notre expérience combinée et l’existence d’une quantité d’archives cinématographiques de cette époque, nous permettent de reconstruire plus d’une décennie de l’histoire du mur morceau par morceau, en zoomant sur la trace que le mur a laissé sur le terrain et auprès de la communauté internationale.

Beaucoup de questions me hantent. Quelles sont les raisons de l’incapacité de la communauté internationale à faire respecter les obligations légales, y compris celle de « respecter et assurer le respect » du droit international humanitaire? Comment deux résolutions de l’ONU et un avis consultatif de la CIJ peuvent-ils être si facilement ignorés, sans conséquences? Qui doit être tenu responsable d’un tel échec? Qu’est-ce que l’omission de mettre en application ces décisions d’une haute instance signifie pour le droit international (humanitaire) et sa pertinence aujourd’hui? Et où donc les individus dont la vie a été ruinée par le mur peuvent-ils rechercher une justice, et par quels moyens? « Broken » est ma tentative pour répondre à ces questions.

 « Broken » adopte une approche directe et factuelle de l’histoire, sous différents angles et saisissant la réalité du mur. L’histoire est narrée par un groupe largement distingué de personnages : des juges, des diplomates, des experts, des fonctionnaires des Nations Unies ainsi que les voix israéliennes et palestiniennes.  Lorsque la dernière image de « Broken » s’efface de l’écran, certaines de ces questions seront répondues, d’autres seront soulevées, et tout un enchevêtrement de loi, de politique et de pouvoir sera exposé.

Interviewees

Le colonel Danny Tirza, Forces de Defense d’Israël, colon en Cisjordanie, ancien chef de l’organisme militaire chargé de la planification du tracé du mur (Rainbow Operation Administration) 1994-2007.

Professeur John Dugard, Juge ad hoc à la Cour internationale de justice, ancien Rapporteur spécial auprès des Nations Unies pour les droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés (2001-08), Professeur de droit, Centre for Human Rights, Université de Pretoria (Afrique du Sud)

Juge Theodor Meron, Président du mécanisme international appelé à exercer les fonctions résiduelles des Tribunaux pénaux (la Haye) des Nations Unies, ancien Président du Tribunal Pénal International pour l’ex-Yougoslavie, ancien Professeur de droit international au Graduate Institute of International Studies à Geneva, ancien conseiller juridique du ministère israélien des affaires étrangères

Ambassadeur Nasser Al-Kidwa, ancien Observateur permanent de la Palestine auprès de l’Organisation des Nations Unies (1991-2005), jusqu’au 2014 médiateur adjoint des Nations Unies pour la Syrie.
Shawqi Issa, avocat spécialité en droits de l’homme, ancien juge de la Cour suprême palestinienne, ancien juriste, ancien ministre de l’autorité palestinienne.
Juge Thomas Buergenthal, ancien juge à la Cour internationale de justice (2000-2010), professeur de droit comparé et de jurisprudence, Faculté de droit de l’Université George Washington (États-Unis).
Juge Bruno Simma, ancien juge à la Cour internationale de justice (2003-2012), membre affilié, Faculté de droit de l’Université du Michigan (États-Unis), juge/concilliateur au Tribunal des réclamations Iran-États-Unis à la Haye, ancien doyen de l’Université de Munich.
Juge Awn Shawkat Al-Khasawneh, ancien juge de la CIJ et ancien premier ministre de Jordanie.
Professeur Pieter Bekker, ancien avocat-conseil principal pour la Palestine à l’audience de la Cour internationale de justice sur le mur (2004), chaire en droit international, Université de Dundee (Ecosse).

Histoire & faits

La Palestine était parmi les anciens territoires Ottomans placés sous l’administration britannique par la société des Nations en 1922. Du 1922 au 1947, il y eu une importante immigration juive. Israël proclama son indépendance et dans la guerre de 1948 impliquant les États arabes voisins s’établi sur 77% du territoire Palestinien sous mandat. Plus de la moitié de la population arabe palestinienne s’enfuit ou fut expulsée. Suite à la guerre de 1967, Israël occupa la bande de Gaza et la Cisjordanie, territoires qui jusqu’à-là étaient resté sous contrôle arabe. La guerre provoqua un deuxième exode des Palestiniens, estimé à un demi-million. Dans sa résolution 242, le Conseil de sécurité a formulé les principes d’une paix juste et durable, y compris un retrait israélien des territoires occupés lors du conflit, un accord équitable du problème des réfugiés et la cessation de tout état de belligérance. Les négociations ultérieures ont abouti à la signature, en 1993, par Israël et les Palestiniens de la déclaration de principes sur les arrangements intérimaires d’autonomie (accords d’Oslo), qui reportait certains enjeux.

Plusieurs négociations postérieures n’ont pas abouti à un accord de statut permanent. En 2000 débuta une deuxième intifada («soulèvement») par les Palestiniens, le premier ayant été entre 1987 et 1993. En 2002, Israël a commencé la construction d’un mur de séparation de Cisjordanie, situé principalement dans le territoire palestinien occupé, déclaré illégal par la Cour internationale de Justice.  Un nouveau cycle de négociations entamé en 2013 a été suspendu par Israël en avril 2014. Une autre série de combats entre Israël et Gaza a eu lieu en juillet-août 2014.

Extrait de Histoire de la question Palestinienne, Le système d’information des Nations Unies sur la question de la Palestine (UNISPAL)  Click here

Entretien avec Christine Leuenberger, experte en études frontalières.

 Click here

Outils d’apprentissage et opportunités

Broken est de valeur éducative. Stefan Ziegler, producteur et initiateur du film possède 20 ans d’expérience humanitaire et un background en formation praxis-orientée et conférencier à l’échelle internationale. Trouver ses outils éducatifs soigneusement conçus pour une vaste sélection de publics et d’événements.

Film Events & the Media

International law gave a clear ruling agains Israel’s wall. But nothing happened 29 July 2018; Professor Emeritus Avi Shlaim, published in: Middle East Eye
Celebrate with us the achievements BROKEN received internationally
 
Coming soon!
Without YOU BROKEN would not be what it is;
With our heartfelt thanks….

Behind the Scenes

Événements cinématographiques et médias


 

 

International law gave a clear ruling agains Israel’s wall. But nothing happened 29 July 2018;
Professor Emeritus Avi Shlaim, published in: Middle East Eye

 

Celebrate with us the achievements BROKEN received internationally
 
Coming soon!
Celebrate with us the achievements BROKEN received internationally
 
Coming soon!
Without YOU BROKEN would not be what it is;
With our heartfelt thanks…

Coming soon!

Faite partie de notre projet

Our Made it from Palestine branded products, manufactured or finished in Palestine, and delivered to your doorstep, will be for sale shortly.

Donate or become a Goodwill Ambassador for our ongoing educational projects: extending our online E-learning course and the financing of a scholarship for postgraduate students dedicating their thesis to relevant topics.

La société de production
La société de production

AdvocacyProductions Sàrl

est une société de production de film basé à Genève dont

la stratégie est de s’associer aux organisations humanitaires, à Genève,

capitale humanitaire du monde, ainsi qu’aux institutions académiques où qu’elles

soient pour produire des courts et moyens métrages. Nous avons produit des clips 

éducatifs pour les programmes universitaires et, en tant qu’entreprise, « Broken » est

notre première production de film documentaire. Nous sommes une petite équipe

de spécialistes avec une expertise dans le domaine de l’aide humanitaire et du

développement, partageant une compréhension commune de

l’importance de projets tel que ce film qui donne la

parole à ceux sans parole.

AdvocacyProductions Sàrl est une société de production de film basé à Genève dont la stratégie est de s’associer aux organisations humanitaires, à Genève, capitale humanitaire du monde, ainsi qu’aux institutions académiques où qu’elles soient pour produire des courts et moyens métrages. Nous avons produit des clips éducatifs pour les programmes universitaires et, en tant qu’entreprise, « Broken » est notre première production de film documentaire. Nous sommes une petite équipe de spécialistes avec une expertise dans le domaine de l’aide humanitaire et du développement, partageant une compréhension commune de l’importance de projets tel que ce film qui donne la parole à ceux sans parole.

Contactez-nous

AdvocacyProductions Sàrl 

Rue du Léman 3

1201 Genève

Suisse

info@advocacyproductions.ch www.advocacyproductions.ch

Ian Green

Communication & médias

Ian.green@advocacyproductions.ch

Suivez « Broken : -un voyage palestinien a travers le droit international » maintenant aussi sur les médias sociaux

Produit par  STEFAN ZIEGLER www.advocacyproductions.ch

TOUS DROITS RESERVES